Grand Budapest Hotel [Cinema]

Entrez-dans-les-coulisses-de-The-Grand-Budapest-Hotel_article_landscape_pm_v8

Un an que j’attendais ce film, un  an depuis Moonrise Kingdom. Un  an pour entrer à nouveau dans l’univers si particulier de Wes Anderson.

Un univers gourmand, désuet, parfois cartoonesque aux confins de l’Europe de l’ouest (en Allemagne à la frontière polonaise en réalité).

Un univers donc, celui dans lequel tout spectateur de W.A. entre, différents mondes qui s’imbriquent parfaitement telles des poupées russes, un exercice maitrisé à la perfection.

Je ne vous parlerais pas de la trame du film, si ce n’est que l’air de panache vous suivra tout le long, que la balalaïka résonnera en vous à la fin, même quand le vernis s’effrite un peu et que le constat est assez dramatique.

L’hôtel en lui même est fascinant, il me rappelle un peu l’hôtel de Shining, mais également ces vieux hôtels ou j’ai parfois séjourné qui ont garder un charme désuet, où le faste raisonne encore mais dont le bruit est de plus en plus sourd….

Alors, le film?

Que dire si ce n’est que je partais presque prévenue, j’avais pu voir quelques trailers et extraits et je m’attendais donc à un film graphique, esthétique et symétrique

 à déguster sans modération comme la courtisane au chocolat de Mendle (enfin pour ceux qui aiment la pâte à choux)

et je n’ai pas été déçue…Je suis entrée directement dans le film, appréciant tour à tour le rythme rapide (que ce soit la descente en ski ou les échanges verbaux), les personnages hauts en couleur et la photographie…Parfait me direz-vous? et bien non car malgré tout, le film ne m’a touché…. j’ai trouvé, même si c’était fort plaisant, qu’on restait dans le même schéma à savoir  : une situation rocambolesque, une fuite (ah ça, on est toujours dans la fuite), une course poursuite. Il s’agissait d’une comédie et j’ai parfois souri, mais rien de plus.

Attention, je ne me suis pas ennuyée une seconde tant le  rythme était soutenu mais la trame en elle-même était un peu creuse, voire redondante… La brochettes d’acteurs connus est impressionnante, au détour d’une réception on retrouve Bill Murray (pour la septième fois il me semble), Adrien Brody, Harvey Keitel , Jude Law,  Edward Norton, Tilda Swinton ,Owen Wilson, Léa Seydoux, Mathieu Amalric et Willem Dafoe en vrai méchant sans oublier le Casanova des octogénaires, notre cher Gustave alias Ralph Fiennes…cette brochette d’acteurs, si bons soient-il,elle  ne dessert-elle pas le film? Ne risque-t-on pas de passer une partie du film à reconnaitre un tel plutôt que de se concentrer sur le film en lui même? Les acteurs moins connus, comme le Lobby Boy Tony Revolori et la pâtissière Saoirse Ronan  n’en sont pas moins bons, bien au contraire.


budapestcast

Tu me conseilles d’aller le voir ou pas au final?

Of course car c’est un film qui est maitrisé du début à la fin d’une main de maitre. Le souci du détail, l’ambiance, le décor le raffinement des effets spéciaux, les couleurs, tout est prêt à être savoureusement dégusté  alors, montez à bord de ce carrousel et laissez vous aller, suivez les aventures de Tintin à Zubrowka, dépaysement total garanti!

 

Ce article est également disponible en English et Italiano.

, , ,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :